Un projet quotidien de performance de Nadia Vadori-Gauthier

Danse 1394 - 7 novembre 2018

En début de soirée, j’arrête mon travail de bureau pour aller danser. Il est déjà tard, la nuit est tombée, le temps est pluvieux. Je passe en scooter devant une modeste cordonnerie à l’ancienne qui semble avoir traversé le temps. À l’intérieur, un homme seul, debout, est penché sur un livre. J’entre. Jean, le propriétaire m’autorise tout de suite à danser. Mais, modeste et un peu impressionné, il ne veut pas être à l’image.
J’essaye un peu de le convaincre, en vain :
– Vous n’avez pas besoin de danser, vous pouvez juste être là et continuer à lire…
– Non…. non… je vous regarde, il vous faut un spectateur 🙂
– D’accord, mais ce serait plus joyeux avec vous.
– Ah bon…
– Oui. Cette boutique, c’est vous…. c’est votre vie non ?
– Ah, ça oui.
– Elle n’existerait pas sans vous. Ce serait plus important si vous étiez là. Ça témoignerait de ce lien : vous et la boutique. C’est un ensemble.
– Oui. Mais non… je vous regarde.
– D’accord. Un jour je reviendrai. Vous y aurez peut-être pensé un peu entre temps…. et vous serez peut-être d’accord….
 
Après la danse, nous la regardons ensemble. Il a l’air content. Nous parlons un peu d’art : Il me dit :
– L’art c’est dans les musées.
– Ça peut aussi être ici, dans cette cordonnerie.
– Ah oui, regardez j’ai plein de tableaux au mur
– Vous les peignez ?
– Non, je les expose.
– Oui, voilà. Et aussi, aujourd’hui je danse ici, et pas sur une scène. L’art ça peut être aussi dans la vie.
– Oui.
 
Alors que je pars, attentionné, il me conseille de bien refermer la fermeture éclair de mon sac.
Un jour je reviendrai voir Jean. Il se joindra peut-être à moi, le temps d’une danse.

Une Minute de danse par jour est soutenu par