A daily performance project by Nadia Vadori-Gauthier

Mille et un jours suivi de Parce que nos os brillent CDCN Atelier de Paris - 13/10/2016, 14/10/2017 - 14 October 2017

Mille et un jours
Création

Produit avec le soutien de la Ville de Paris et de Paris Réseau Danse

Durée : 45 minutes

Les 13 et 14 octobre 2017, Nadia Vadori-Gauthier présente Mille et un jours, un solo créé à partir de son projet Une minute de danse par jour. Pour ce solo, la danse sur le plateau se compose à partir d’empreintes mémorielles de son corps sismographe qui, les trois dernières années, a tracé chaque jour, en temps réel, les relations qui l’agencent aux autres et à l’environnement. L’écriture chorégraphique se tisse ainsi d’une relation continue au monde ou à l’actualité. Elle habite les interstices de l’époque de transformation que nous traversons, et en donne un point de vue qui mêle l’intime au collectif.

 13 et 14 octobre 2017 – 20h30 : Mille et un jours
suivi de Parce que nos os brillent
Parce que nos os brillent
Performance

Produit avec le soutien de la Ville de Paris et de Paris Réseau Danse

Durée : environ 30 minutes

Mille et un jours sera suivi chaque soir de Parce que nos os brillent une performance de la chorégraphe/performeuse avec Benoît Lachambre/par B.L.eux, chorégraphe/performeur/enseignant

et Isabelle Duthoit, musicienne/vocaliste.

Nadia Vadori-Gauthier invite ces deux artistes à partager avec elle la clôture d’un projet dans lequel elle s’est engagée chaque jour de ces trois dernières années.
Elle a partagé avec eux plusieurs minutes de danses tout au long du parcours, et ces deux rencontres artistiques sont importantes pour la chorégraphe, dans le sens où les champs et pratiques artistiques de ces deux artistes rencontrent profondément ceux de Une minute de danse par jour et les enjeux somatiques, philosophiques, éthiques et politiques du projet.

Tous trois ont en commun un travail sur la résonance, la vibration et la connexion à des champs de forces qui débordent le corps physique et qui impliquent des parts d’inconscient. La danse de Benoît Lachambre, comme le chant d’Isabelle Duthoit, se composent, à l’instar du corps-sismographe de Nadia Vadori-Gauthier, en relation directe vibratoire aux personnes et aux espaces


Une Minute de danse par jourhas been supported by